Pages

28 avr. 2013

Cuba : Le prix Sakharov 2013 entaché d'un scandale de corruption

MERCI PATRON !
[Contre-révolution à crédit...
Le groupe "dissident" contre-révolutionnaire cubain "dames en blanc", prix Sakharov 2013 attrib par le Parlement européen et doté de 50.000 euros, accusé par ses militantes rétribuées, du détournement de l'argent versé par les USA et l'UE, destiné à renverser la société et le gouvernement cubains.]

Un scandale de corruption interne éclabousse le groupe contre-révolutionnaire les "dames en blanc", crée en 2003 par des familles de prisonniers cubains. Dans une vidéo, Cubainformación TV rassemble les accusations de sept membres et ex-membres de ce collectif qui dénoncent l’actuelle présidente Berta Soler de détourner arbitrairement les fonds reçus de l’étranger, notamment ceux parvenant des USA.

Dans la vidéo, les sept personnes dénoncent la soudaine réduction à 15 euros, la somme individuelle de 30 pesos convertibles (dollars), assignée auparavant pour chaque manifestation de protestation, et cela sans explication à la suite de la nomination de Berta Soler, en remplacement de l’ex-présidente, Laura Pollán, décédée en octobre 2011.

Ce scandale survient au moment où le Parlement européen vient de remettre –ce mardi 23 avril- le prix Sakharov à la direction des dames en blancs.

Les dames en blancs :
"Leonor Reino Borges, Mirtha Gregoria Gómez, Raquel Castillo Lorenzo et Ana Luisa Rubio Bez, ainsi que les ex-dames en blanc Lilia Castaner Hernández, Miriam Reyes Gómez et Katia Sonia Martín Véliz. Actuellement, cette dernière représente, à Cuba, le groupe illégal d’extrême droite "Cuba Indépendante et Démocratique" (CID), dirigé depuis Miami par Huber Matos, ex-commandant qui a trahi la Révolution et combattu en armes contre Che Guevara et Camilo Cienfuegos.

Le Mouvement de Solidarité avec Cuba dénonce depuis plusieurs années que les dames en blancs et d’autres groupes de la mal nommée "dissidence" cubaine, sont financés par le gouvernement des USA, plusieurs gouvernements de l’Union Européenne et des médias internationaux, de forme directe ou via des organisations intermédiaires, comme avec le cas des dames en blanc.

Vidéo source cubainformación

 Sous-titres Jilata

Cubainformación TV présentera prochainement de nouveaux témoignages recueillis au cours de l’investigation sur les dames en blancs.

Trad.Jilata
Source : "Escándalo de corrupción..."
Publié le 23 avril 2013 par cubainformación