Pages

29 oct. 2012

Libye : La ville de Bani Walid assiégée, les civils libyens à la merci des mercenaires étrangers et des bombes au phosphore blanc


La ville assiégée de Bani walid est dans un chaos total. L’ancien bastion de Mouammar Kadhafi est attaqué sans trêve, par les milices et les mercenaires étrangers venus les renforcer, équipés d’armes interdites comme le phosphore blanc. -RT

Image RT
" Ils démolissent les maisons, il n’y a plus de service de communications ni Internet et la milice n’autorise personne à retourner à sa maison ". RT


Les rapporteurs ont démenti les informations de ces derniers jours, selon lesquelles Bani Walid aurait été récupérée par le gouvernement libyen. D’après les résidents, les forces miliciennes ont poursuivi leur assaut en empêchant, en même temps, les réfugiés qui ont fui leur maison de retourner dans leur ville. " Ils démolissent les maisons avec des machines lourdes et des tanks. Il n’y a plus de service de communication ni Internet et la milice n’autorise personne à retourner chez-elle ", rapporte cet homme en Égypte qui assure avoir de la famille à Bani Walid, et qui refuse de donner son identité pour sa propre sécurité.

" Ils utilisent des franc-tireurs étrangers, je pense qu’ils viennent du Qatar et de la Turquie, c’est le Qatar qui couvre tous les frais ", dit-il. Selon lui, ils disposent également d’un navire chargé d’armes qui était venu s’amarrer dans le port de Misrata, d’où ils préparent les assauts contre Bani Walid.

Lors d’une session de l’ONU, le 23 octobre dernier, les USA ont bloqué une déclaration de la Russie qui condamnait le conflit en cours et la violence à Bani Walid, et proposait sa résolution par une voie pacifique.

À Bani Walid, les forces agressives ont reçu l’ordre d’utiliser " tous les moyens nécessaires " pour leur assaut contre la ville, précise la journaliste de RT, Paula Slier.

Au cours d’une émission sur la chaîne de télévision libyenne, un militant "révolutionnaire" déclarait à l’antenne : " À tous les parasites et sangsues, je m'adresse à chacun d’entre eux : où qu’il soit en Libye, qui qu’il soit, pour plus fort qu’il soit ou quel que soit son plus haut soutien, la révolution gagnera ".

" Je peux confirmer que les milices pro-gouvernementales ont utilisé intentionnellement des armes interdites. Elles ont lancé des bombes au phosphore blanc et du gaz innervant ", assure un militant engagé de Bani walid, au journaliste de RT, Afaf Yusef. " Nous avons les preuves de tout cela. Nous avons enregistré dans des vidéos, les missiles utilisés et la pluie de phosphore blanc jaillissant de l’explosion de ces missiles".

Selon Yusef, beaucoup de gens sont morts, pas seulement à cause des blessures par balle, mais par les effets des gaz.

Reportage sous-titré [Jilata] en français

Trad. et sous-titrage : Jilata
Publié le 27 octobre 2012 par RT